A propos de Anna Proto Pisani

Cultivatrice de mots et d'écritures, clown et enseignante. J'anime des ateliers d'écriture et création, j'en suis d'autres et suis engagée dans une écriture au long cours qui arrive à son terme.

#40jours #16 I Spazi di abbandono

A casa, dietro alla scrivania, la stessa di ora la scrivania, ma dietro a finestre diverse, di città diverse, oggi a Marsiglia quella scrivania, la prima finestra quella di via Guerrazzi a Firenze, proiettata sulla strada, spettacolo sul mondo, passanti, il villino di fronte, giornate di pioggia, giornate di sole che attraversano questa grande finestra verticale di una strada secondaria, Continuer la lecture#40jours #16 I Spazi di abbandono

#40jours #15 I est-ce que

est-ce que tu vas bien gare  à toi est-ce que tu es encore là dans ce garage gargantuesque grotesque vai giovane coraggio vai vaine dans tes veines dans mes veines gare à toi dans tes veines gare à tes veines sur le toit du bar à crème, gare toi dans le garage gare-la là devant dévale vas vas t’en peux Continuer la lecture#40jours #15 I est-ce que

#40jours #13 | Catarinfrangente

Mélange d’hydrocarbures, d’atomes de carbone et hydrogène. Une autoroute est noire, noir bitume. Tute gialle, tute arancioni. aujourd’hui aussi, derrière les clôtures, casques et gilets jaunes et oranges fluo. Les ouvriers, alta visibilità catarifrangente. Tâche rouge vif sur le bitume. Morte bianca, dissolution dont on ne parle pas.

#40jours #12 | Titan

Dionysos est démembré, chaque jour, chaque soir. Je marche dans le goudron de la Ville nuit et jour, sur les mêmes segments de rues, écho de mes segments d’autoroute, je regarde le trottoir, tout ce gris et ce noir de la Ville, mes pieds se fondent dans le goudron, sprofondo nell’asfalto, je ne vois rien d’autre que la rue. A Continuer la lecture#40jours #12 | Titan

#40jours #11Atlantide

Dionysos est démembré. Chaque jour et chaque soir. Je marche. A Marseille je traverse la rue Cassini et là, presque à l’angle avec le boulevard Camille Flammarion, je piétine immenses plaques noires. Un jour je les ai vues ouvertes ces plaques sur le trottoir et j’ai aperçu quelqu’un descendre des escaliers d’habitude invisibles et rentrer dans la terre. Par hasard Continuer la lecture#40jours #11Atlantide

#40jours #10 | inizio

Bari 1973-1975. Pochi ricordi, a stento una lingua per dirli. Nessun ricordo dell’arrivo da Siena o da Salerno, né della partenza per Firenze. Città sul mare, nessun ricordo del mare di questa città. Niente sulle scale del palazzo, sull’ascensore, tantomeno sull’indirizzo di casa, a Bari nuova. Persone sedute per strada che chiedono l’elemosina in una grande piazza o un giardino Continuer la lecture#40jours #10 | inizio

vers un écrire/film #02 | dans une voiture

Noir et blanc | silence | un homme au chapeau de dos dans une voiture | il conduit | plan d’ensemble avec beaucoup de voitures | on avance à pas d’homme | puis tout s’arrête | c’est un embouteillage | l’homme de la voiture devant se retourne | ou alors il était déjà retourné mais on ne le voyait pas Continuer la lecturevers un écrire/film #02 | dans une voiture

vers un écrire/film #01 | œil d’albatros

Lit. Lit défait d’un côté. Quelqu’un de l’autre côté du lit, sous les couvertures. Rien ne bouge dans cette chambre. Le soleil rentre de face par la grande fenêtre du 7ème étage et éclaire la chambre jusqu’au lit, il envahit l’espace de sa chaleur, les draps sont inondés de la lumière de ce soleil de février, les couleurs brillantes retentissent, Continuer la lecturevers un écrire/film #01 | œil d’albatros

#L13 | dialogue avec Pfizer

Réécriture à partir du texte de la proposition L#9 Documenter Version 1 Imaginez de voyager avec Monsieur Charles Pfizer. Grosses moustaches blanches, barbe style début du XIXème, cassée à la moitié du menton comme une sorte de papillon poilu, yeux noirs qui te regardent. Fixement. Charles Pfizer est un aventurier qui quitte l’Allemagne avant qu’elle n’existe. Originaire du Royaume de Continuer la lecture#L13 | dialogue avec Pfizer

#L12 | mon père est un grain de riz

Mon père est un grain de riz. Arrêt sur image : infinitésimale vision du père vu au microscope de l’enfant. Mon père est un grain de riz, une phrase simple, courte, sujet, verbe, complément, rien de déplacé, rien de révolutionnaire. Mon père est un grain de riz non pas une bouchée de riz, ou du riz, mon père est un grain, Continuer la lecture#L12 | mon père est un grain de riz