#été2023 #01bis | Scène originelle.

Aujourd’hui encore, il m’a fallu entendre une émission pour commencer cet article : Il dit à une amie « on n’écrit pas avec des idées, on écrit avec des envies. C’est un acte physique d’écrire » et voilà que de suite, dans la foulée, je peux écrire ce moment où, oui ça déborde, ce moment où j’ai écrit sans souffler Continuer la lecture#été2023 #01bis | Scène originelle.

#été2023 #01 | Annie Dillard.

Eté 2023.#01. Annie Dillard. J’ai toujours écrit, mais parfois tourné en rond. Depuis six ans, ça commence à s’organiser. On était avec mon compagnon dans un tout petit studio, une cuisine et une chambre, ma table de travail était vraiment petite, un ordinateur et quelques feuillets, le reste par terre ou sur une chaise, lui plus près de la fenêtre Continuer la lecture#été2023 #01 | Annie Dillard.

#été2023 #00 | Du roman.

#00 Prologue.Presque cinq cent pages, ce roman commence par une fin longue difficile, revient au sujet premier, détaille, explique et puis revient, des aller-retour graves et parfois drôles. Ce livre, je l’ai pris à cause de son titre, à une période où j’en ai éprouvé un désir extrême. Elle avait des mots si justes, aucun apitoiement, Ces longues cinq cent Continuer la lecture#été2023 #00 | Du roman.

#techniques #06 | Palomar va au cinéma

Palomar va au cinéma. Il n’a pas choisi encore son film. Un peu introverti, il n’a pas tellement de contacts avec les autres, et ne sait pas choisir. Tout en marchant il lit son petit papier, il a noté les films de la semaine. Il est en retard, le voilà qui accélère. Et comme toujours il demandera son avis à Continuer la lecture#techniques #06 | Palomar va au cinéma

#techniques #02 | sous-sol

Un sous-sol immense. Servant de garage, de cave. Tout le barda accumulé en enfilade dans les pièces sans portes, les larges ouvertures aérant la grisaille, tout le long du mur à peine des fenêtres, des soupiraux ajoutant une lumière faiblarde. Sur les murs de côté des casiers pleins de boites et le grand panneau perforé avec l’outillage par ordre de Continuer la lecture#techniques #02 | sous-sol

#techniques #01 | du sentiment de la sérénité

Le sentiment absolu de la sérénité, tout le temps non, un sentiment prégnant intime, arrivant et partant, jamais certain, le refuser, courir après, il s’échappe, de temps en temps certain, installé, d’autres fois à force d’œillères, hors du monde, il dépasse l’entendement, tempérant, modérant l’état intérieur, il demande l’isolement, et l’acceptation, tu ne devrais pas, tu ne peux pas, le Continuer la lecture#techniques #01 | du sentiment de la sérénité

#Voyages | Voyages réels ou imaginaires.

#10. Street view. Désir d’eau. Sûr, il n’y a pas beaucoup d’eau. Trompeur, il y en a beaucoup, cachée, sous terre, les arbres nombreux au feuillage très vert l’herbe sous les arbres verte ombragée ont reçu beaucoup d’eau. Pleine d’histoire cette photo entrée dans la rétine pour n’en pas ressortir. Y plonger tout au fond dans cet endroit raffraichissant. Cette Continuer la lecture#Voyages | Voyages réels ou imaginaires.

#transversales #07 | Histoire de Tarkos en 10 chapitres.

Comment est-elle devenue poète ? Il lui avait dit «Tu écris bien» et Suzanne l’avait pris au mot avec un doute il m’emmène écouter les sirènes parmi les déchets et les fleurs dans les algues il y a les rêves des enfants au petit matin qui se penchent vers l’amour… Des mots à recopier ceux des autres elle veut passer Continuer la lecture#transversales #07 | Histoire de Tarkos en 10 chapitres.

#voyages #prologue | Vrai ?/ Faux ?.

Vrai ? Je suis allée aux six coins de L’hexagone. En Bretagne De Saint-Malo à Brest, Lorient et puis Trégastel Plogoff Landerneau, Dans le Nord, un peu trop au pas de charge, le programme était serré. La Picardie, j’en connais tous les villages, d’Hornoy à Poix Lamaronde Monmarquet dont le nom ne dit rien à personne, sauf peut-être à Danièle. Continuer la lecture#voyages #prologue | Vrai ?/ Faux ?.

#Carnets individuels | Simone Wambeke

# 40. Il continuera dès demain matin, ce carnet. Les dix derniers jours me laissent essorée à trop cogiter, à me perdre et perdre la tête. Je prendrai dans mes morts, ce qu’il y a de plus beau de plus chaud, je prendrai loin si loin les souvenirs que j’ai d’eux qui font que je les ai choisis et aimé, Continuer la lecture#Carnets individuels | Simone Wambeke