# L4 sentimenthèque en devenir – essai

d’Edith Wharton: la neige écorche longtemps après la chute .Le nom d’ Ethan From ouvre encore une émotion que lire au ralenti n’a pas éteinte.

de Victor Hugo: Olympio pleure . L’alexandrin berce un chagrin de fin d’enfance. On n’en rougira pas.

de Garcia Marquez: le temps s’accroche aux noms qui recommencent . Carthagène des Indes ,un monde relié en un éclair aux albums coloriés. Les ravive.

de Rilke: rencontre .Premiers mots des Cahiers de Malte comme attendus depuis longtemps.

de Modiano: De livre en livre un lieu se creuse toujours plus désiré.

de Pierre Michon: le monde s’éclaire et se recompose. Bonheur de l’incipit de La grande Beune ouverture du paysage sur l’Enfer avant que ça brûle à chaque page.

de Virginia Woolf: sillage des mots dans la ville soulevée je marche avec elle.

de James Oliver Curwood- de très loin la prairie et les yeux couleurs de violette d’une jeune fille vaillante et aimée.

A propos de Roselyne Cazanave

Née à Marseille, je vis en Haute Loire depuis plus de trente ans. Prof en collège , plus pour très longtemps. J'ai commencé à écrire grâce aux ateliers d'écriture organisés par Anne Roche, à la fac, puis j'ai continué: nouvelles très brèves, poèmes. j'ai un peu publié dans deux revues: Textuerre et Filigrane. L'atelier ''Recherches sur la nouvelle ''a été un vrai cadre de travail. Je continue à écrire sur sa lancée.

Une réponse à “# L4 sentimenthèque en devenir – essai”

Laisser un commentaire