#L4 sur une île

De Margaret Mitchell : Autant en emporte le vent, pour demain sera un autre jour

De Jules Vernes : Michel Strogoff regarde, regarde de tous tes yeux

De Alessandro Barricco : Soie le goût d’une histoire qui prend son temps

De Ito Ogawa : la papeterie Tsubaki mon entrée en littérature japonaise, atmosphère feutrée, douceur des phrases.

De Hubert Haddad : la découverte d’un formidable magasin d’écriture

De Pierre Michon : la poésie de la dureté dans l’apparence des vies minuscules

De Françoise Héritier : la joie simple le sel de la vie

De Elsa Triollet : le premier Goncourt féminin, la résistance, un nouveau regard sur Aragon.

D’Albert Camus : un 17 au bac de français, l’étranger

De Stendhal : mon vrai premier livre de grande, un amour littéraire en rouge et noir.

De Raphaële Georges : le questionnement qui réveille, le sens impossible des possibles réponses, l’insondable

De Christian Bobin : écrire l’indicible en poétique prose

De Karen Blixen : la ferme africaine la mélodie mélancolique, nostalgique de sa partition, le goût de la savane

De Emmanuelle Coste : la calanque de l’aviateur la découverte d’une jeune autrice, l’indispensable carnet à côté pour noter.

De Marguerite Duras : Écrire, l’indispensable livre

De Benoîte Groult : Ainsi soit-elle et l’écrire

De Simone de Beauvoir : Le deuxième sexe le pouvoir des mots sur un ordre établi

De Louisa May Alcott : les quatre filles du docteur March un vrai feel good, le goût d’un bon bouquin dans un bon fauteuil, au coin de la cheminée, un soir d’hiver quand il fait bien froid

De Virginia Woolf : le for intérieur, le flux de conscience, les phrases longues : miroirs de la vie.

De Georges Sand et Gustave Flaubert : le bonheur de découvrir des auteurs, autrices par la lecture de leur correspondance.

De Clarice Lispector et Fernando Sabino : Lettres près du cœur, l’évidence de mon goût pour le genre épistolaire.

Françoise Sagan : Pour les bleus à l’âme, pour la jeunesse, pour les cheveux au vent

A propos de Marie Moscardini

Après une formation à Aleph en 2014, j'anime des ateliers d'écriture dans une petite ville de Saône et Loire. En apprentissage permanent je m'enrichis, je m'agrandis en participant depuis 2016 aux ateliers de François BON.

2 commentaires à propos de “#L4 sur une île”

Laisser un commentaire