L5 | corps inachevés

Devant les vitrines Dior et Hugo Boss,

ils dorment.

Corps bruns et gris sur le bitume, repliés. Les cheveux reposent sur la main. La main entre tête et terre, pour chaque corps replié qui dort sur le côté. Habillés d’un tee-shirt imprimé et déchiré. Pas seuls. Jamais seuls. Des dizaines d’autres corps immobiles, allongés, sur le dos, le côté. La main s’accroche parfois à un gros sac qui contient ce qu’ils ont emporté de leurs vies précédentes, dans une toile de jute grossière, marqué par des excréments des animaux de leurs vies d’avant.

Soleil tourne et mange les corps qui disparaissent.

Ils sont prévenus. Ils ont vu les autres se faire happer.

Quand le jour avance, malgré la chaleur, ils se déplacent sous les ombres du métro aérien pour éviter de disparaître sous le soleil. Le premier réveillé se met debout et lance un coup de pied à son voisin de bitume qui s’étire, assène un coup sec sur le sac du corps qui dort à côté de lui. Ils se lèvent les uns après les autres, ramassent leurs affaires et cherchent quelques mètres plus loin la protection de l’ombre entre d’autres corps étendus plus loin.

Au milieu de la journée l’ombre est si fine que seuls des enfants restés debout arrivent encore à se protéger. Les plus anciens les plus vaillants ou les plus désespérés restent au soleil retournent un carton vide et jouent aux cartes en riant. Le chapeau de paille reste la richesse la plus convoitée.

Je suis parti d'une phrase décrivant le dépeupleur.
"les corps terminés, inachevés et pourtant finis, le monde perdu dans ce qui lui reste".
La situation du Dépeupleur ressemblait étrangement à celle des personnages en pleine grève, en plein sit-in sous un métro aérien, devant des vitrines de grand magasins chics. J'ai été intrigué par le croisement entre une description abstraite - celle du livre de Beckett - et une situation plus réaliste - qui peu à peu se fait happer par de la réalité plus fantastique. Ce soleil omniprésent, qui peu à peu blanchit puis fait disparaître les corps. Je pensais aussi à rajouter un croisement avec une sorte de jeu vidéo (à la "Cyberpunk") réelle ou pas? 
Je ne sais pas si je vais continuer ce texte, j'ai tellement de retard dans les ateliers. A voir.
Lecteur, sois clément devant ma paresse et ma lenteur anémique. J'écris sur le sommeil, sur le "monde perdu dans ce qui lui reste"... C'est à dire rien.

A propos de GabyKast

Ses hobbies sont le la littérature et le regret.

Une réponse à “L5 | corps inachevés”

Laisser un commentaire