#P6 Aujourd’hui en friche

Dimanche
L’ancien petit potager si bien ordonné, avec ses massifs carrés cernés de bois, est aujourd’hui en friche. Plus aucune trace de la coriandre, du persil, des tomates, courgettes, poivrons, aubergines ; les herbes hautes, sèches ont tout envahi. Reste l’odeur de curry de ces plantes qu’on trouve habituellement sur les dunes au bord de l’océan et dont j’oublie constamment le nom, et celle du thym dont je coupe quelques branches.

Samedi
Têtes à têtes entêtés avec ce sacré ordinateur. Ma page auteur ne se connecte plus. Pourquoi est-ce arrivé tout d’un coup sans que rien ne l’annonce alors que tout marchait bien jusque là ? Mystère et boule de gomme. La perte des évidences est toujours cruelle.

Au supermarché, je fais vite. je sais à peu près ce que je veux apporter pour le repas de ce soir chez I. : je choisis un Côtes de Blaye 2016 ; en fromage, un brebis bien sec, un “Selle” pour le chèvre – en principe, c’est toujours bon- et un camembert au lait cru moulé à la louche, gaufré sur le dessus. Au fond de moi, je redoute ces longs repas : à l’apéritif, déjà, on mange et on boit trop. Et il reste encore l’entrée, le plat principal, le fromage, la salade, le dessert et parfois encore une tisane (l’usage du “pousse” est passé). Reste l’amitié, la convivialité. Il ne faut pas devenir trop sauvage.

Vendredi
Dans le silence du petit matin, le chat blanc se promène au bas des immeubles, s’arrêtant à peine parfois une fraction de seconde, museau levé, oreilles dressées, patte avant en suspension comme un chien de chasse à l’affût puis repartant de son pas cotonneux. On le dirait échappé d’un blason.

Jeudi
Le trèfle rouge est assoiffé ; ses tiges tombent tristement du centre vers la périphérie du pot. Je ne me suis pas rendue compte que je le négligeais. Tremper le pot dans l’eau une dizaine de minutes suffit à lui redonner vie.
J’ai trouvé la place qui convient à l’orchidée. C’est la première fois que j’en ai une. Pour certaines plantes fragiles (le trèfle rouge, l’orchidée, le capillaire…), l’essentiel est de trouver le bon endroit (c’est vrai aussi pour certains humains), à l’abri des courants d’air et des rayons du soleil. Depuis deux mois qu’elle est là, aucun pétale n’a flétri ; à peine aperçoit-on un liseré plus pâle sur les bords. Si je ne savais pas qu’elle était vraie, je penserais qu’elle est artificielle.

Mercredi
La coriandre et les citrons confits, je les ai achetés chez Abel, en bas. Le boucher d’Intermarché, un homme jeune, un peu fort, brun, barbu, au regard doux a découpé le poulet en morceaux avec un savoir-faire qui m’a impressionnée. A l’aide d’ un couteau fin dont la lame avait du être aiguisée maintes fois, il a entaillé la chair de la cuisse autour de l’articulation qui a cédé sans douleur, tranché les tendons. Le coup de hachoir qui a coupé la volaille en deux était précis sans être brusque. Les blancs, je les laisse sur l’os ou je les sépare ? On ne m’a jamais posé cette question de ma vie. Il faut répondre vite. Laissez les, merci. J’ai imprégné les morceaux de volaille de cumin et de piment doux et les ai laissés reposer au réfrigérateur toute la nuit. En cours de cuisson, j’ai ajouté du curcuma. “C’est une tuerie ton poulet à la coriandre”, ultime hommage au volatile.

Mardi
35° dehors. Je ne sais combien “ressenti”. Davantage en tout cas. Je ne peux tout de même pas vivre volets baissés, dans la pénombre, lire, travailler à la lumière électrique. L’alternative est de suinter. La moiteur sur la peau en continu.

Lundi
Ce matin, je me réveille en entendant résonner la voix claire de la voisine d’en-dessous. Un nom me vient à l’esprit que je note aussitôt : Lisa Ongabillie. Je le prononce à voix haute. Il me plaît. Il conviendrait à une aventurière. Lisa Ongabillie. Je cherche les éléments qui, à mon insu, l’ont composé : Lise, un prénom entendu récemment associé à un visage féminin à l’ovale arrondi ; Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, m’indique Google, avec laquelle je n’ai aucune accointance si ce n’est que j’aime sa sonorité ; billie pour Billie Holliday ; j’ai vu dernièrement “Billie Holliday, une affaire d’état” le film de Lee Daniels qui lui est consacré.

4 commentaires à propos de “#P6 Aujourd’hui en friche”

  1. Tu veux parler de l’immortelle sans doute, qui sent le curry et qu’on peut garder serrée en bouquet sec tout l’hiver.
    Des saveurs, des odeurs dans ce journal, du cru, de l’animal… mais oui, et si on partageait un verre ? Aimé la séquence du découpage du poulet…
    Mais quand donc le temps s’efface-t-il pour ta mémoire ? faudrait il remonter beaucoup plus loin encore pour en observer l’effet ?

Laisser un commentaire