#P6 | Fragments de jours

Mardi

Dans l’eau, un air d’opéra englouti ça et là par la vague. Dans le ciel, un aigle rencontre une mouette. Magie d’un cerf-volant !

Lundi

Un jeune homme allongé, en appui sur ses coudes, yeux fermés, oreilles casquées de blanc, balance frénétiquement la tête. Devant lui, la marée haute bat son plein.

Dimanche

A marée basse, grands chantiers sur la plage ruisselante : barrages détournements de rus pelles et seaux à l’assaut du sable et des galets.

Samedi

Joue sur l’oreiller frais en attendant le sommeil dans les bruits de la maison. Fragment de sieste.

Vendredi

Arrivée d’un fils. Main caressante du père sur sa joue. Son regard lumineux tendre et fier l’enveloppe. Le prendrait bien dans ses bras s’il le pouvait.

Jeudi

« C’est la java bleue…, la java la plus belle, celle qui ensorcelle… et que l’on danse les yeux dans les yeux » Bribes de la vie d’avant en pleine dérade de la mémoire.

Mercredi

Un jardin frémissant dans l’air du matin, imperméable à la rumeur naissante de la ville. Fragments de ciel bleu à travers les branches de l’avocatier. Sur la petite table, deux tasses de cafés. Il fait encore bon. Chasse à la chenille dans le frangipanier.

A propos de Émilie Marot

J'enseigne le français en lycée où j'essaie envers et contre tout de trouver du sens à mon métier. Heureusement, la littérature est là, indéfectible et plus que jamais nécessaire. Depuis deux ans, j'anime des ateliers d'écriture le mercredi après-midi avec une petite dizaine d'élèves volontaires de la seconde à la terminale. Une bulle d'oxygène !

4 commentaires à propos de “#P6 | Fragments de jours”

Laisser un commentaire