A propos de Bruno Lecat

Amoureux des signes dans tous leurs états.

Vers un écrire/film #07 | il aura entendu

Il aura entendu .. .-.. / .- ..- .-. .- / . -. – . -. -.. ..- après l’amnios, chanter Dors min p’tit quinquin, bercement féminin : répons de ses lallations et balbutiements : tus par la soudaine obstruction de sa bouche tétante : bruits de succion et fondu au blanc du sein, avant de nouveaux vagissements : note sourde, basse masculine et Continuer la lectureVers un écrire/film #07 | il aura entendu

vers un écrire/film #06 | embuscade

tu tournes la tête et vois derrière toi le camion en apesanteur | le capot avant est cabré et flotte au cœur d’un geyser ocre brun | une boursouflure noire roule au ras du sol | la scène s’obscurcit par endroit d’un rideau fuligineux | tu as bien entendu une explosion | le geyser devient grêle de pierres | le Continuer la lecturevers un écrire/film #06 | embuscade

Vers un écrire-film #04 | Baille, bée

Baille, bée un visage de bonze soudain alentissant sa volte, bée la chair qui découpe le gouffre de la bouche, baille bée en gosier obscur les yeux s’exorbitant noirs, noir le gouffre béant de la bouche, là béante, là cri muet ravalé en noire béance, noirs la bouche le gosier les yeux, volte alentie puis cessée dans le corps instantané, Continuer la lectureVers un écrire-film #04 | Baille, bée

vers un écrire/film #03 | géomancie d’un pont

arrêt où la route fait combe. et croise la rivière. l’eau vive sape le goudron qui veut durer. là éblouit l’œil blanc en cime. il absorbe les couleurs. les ramilles en dentelle noire. la pellicule d’argent en fuite : l’eau après le pont. la borne en ombre s’allonge sur la route vernissée. l’ œil est astrolabe. le géomancien regarde et dit : Continuer la lecturevers un écrire/film #03 | géomancie d’un pont

Vers un écrire-film #02 | Bruno Lecat

le bras tendu d’un gradé désigne un mur blanc au soldat casqué qui entraîne un vieil homme en le tirant par le revers d’un veston | femmes assises en bas à gauche au pied du mur | la caméra suit le déplacement des deux hommes | le bras du gradé s’abaisse trois femmes au sol un enfant agenouillé de dos Continuer la lectureVers un écrire-film #02 | Bruno Lecat

vers un écrire-film #01 | L’arrêt | Bruno Lecat

… la fine maille de vinyle blanc se soulève en léger halètement, quitte l’ombre du barreau métallique qu’elle recouvre, se décolle comme une peau puis retrouve sa place première, ombre et souffle comme seuls témoins de la présence de l’air, au-delà de la grille la ruelle la géométrie des murs de pierre crayeuse, le portail vert bouteille en métal plein Continuer la lecturevers un écrire-film #01 | L’arrêt | Bruno Lecat

#L12 | bis

Il ne comprend pas ce qu’il entend est la phrase qui ouvre un chapitre d’A. Elle s’applique au personnage de Michel (appellation troublante que ce glissement du père au personnage, et doublement : je n’appelais pas mon père par son prénom, et le désigner ainsi me fait parler de lui à la 3e personne, personne de l’absence, dans le mouvement même Continuer la lecture#L12 | bis

#L12 | river le clou du père, en profane

River le clou du père s’entend ainsi (sans prééminence d’un signifiant sur l’autre) : rive & le clou du père (dupe-erre) rivé, le clou du père, (dupe-erre) rivet : le clou du père, (dupe-erre) river le clou du père, (dupe-erre) tous ces signifiants auxquels se combinent dupe-erre  le demi-patronyme « lec », soit le mi-dit du nom du père, non par troncature car « at » Continuer la lecture#L12 | river le clou du père, en profane

la fabrique | une carte psychogéographique des Archéologies ferroviaires

Cette carte est née après la rédaction du livre Archéologies ferroviaires, et du besoin toujours pressant d’en revenir au graphisme, même sommaire. A rebours de la carte que l’on déplie en première intention pour se repérer, celle-ci ne fait que retrouver ce que, en écrivant, j’ai trouvé. On y verra, sans doute, l’influence de G. E. Debord, regardé de loin, Continuer la lecturela fabrique | une carte psychogéographique des Archéologies ferroviaires