autobiographies #04 | 1992196519831977196920111994

1992 octobre boulevard de Port Royal – une toute petite chambre – jaune – du bout d’un couloir – roulement – charriot – cris comme oisillons – autres voix et café brûlé – quelque chose de féroce – dans le ventre ce n’est pas la faim. 

1965 juin Lusignan – porte avec une grande serrure – clé au bout d’une ficelle – rectangle de bois en porte clé – papier fleurs – rideaux fleurs – lit fleurs – lampe opaline – chaise tapisserie – lit, table, chaise, tout, serré – lavabo- sa voix- qu’il faut te débarbouiller- Quelque chose de féroce dans le ventre (dans le gâteau il y avait des fourmis).

1983 juillet New York – un toit- le noir d’un toit – un noir caoutchouteux – noir chaud –  tuyaux – cheminées – le ciel – une  mouette – le ciel – un homme – le ciel – contre plongée –  des jambes – quelque chose de féroce entre les jambes – cri – fumées

1977 juillet Ars – une chambre – la 12 – une chambre – la 14 – une chambre la 16  – une chambre – une boite à camembert – une pelure de pomme – de l’eau stagnante dans une assiette à soupe – une carte – une valise très fermée – des coquilles dans un lavabo – un long  cheveux noir sur le rebord d’émail – des serviettes encore humides – tirer un drap – la pluie

1969 janvier ou février Cachan – une chambre à trois lits – un parquet usé : chaussettes, bonbons, culottes, une poupée sale (des biscuits écrasé dans le crin des cheveux) – des rires – des sauts – culbutes – une voix tonne

1994 le 8 juillet 15H30 boulevard de Port royal entrer – couloir – passer – couloir – traverser couloir – droite droite gauche – guichet – bureau – chaises coque – attente – porte – blouse – porte – étriers – porte – couloir –

2011 le 15, le 16 un vendredi d’ octobre à l’église Saint Germain des prés le jour du rendez-vous annuel pour boire un café à l’adresse habituelle – c’est ce jour là – il ne sera pas au rendez-vous – il y a foule – des chants – la boite penche – des chants et des gens – les têtes penchent – c’est le jour du rendez-vous, c’est quatre jours après son anniversaire dont j’ai oublié la date précise – un jour d’octobre – il ne vient pas

1994 le 8 juillet 16H30 boulevard de Port Royal sortir; se diriger vers l’allée bordée d’arbres; le vent est doux; des gens ; du blanc; des gens pressés. Une chose sous la peau, comme nager. Traverser un boulevard; s’engager dans une rue; des gens; un chien; des livres en cascade dans une vitrine; poulets rôtis ; klaxon; café — quelque chose du jour d’avant; c’est sous la peau; les dernières heures; c’est sous la peau. Une rue en pente, jusqu’au fleuve

A propos de Nathalie Holt

Rêve de peinture. Pose et dessine à la Grande Chaumière. Entre aux beaux arts avec un dossier fait la nuit. Rôde à la Sorbonne : trois ans de philosophie. 1981 premier décor de théâtre. Se prend au jeu. S'appuie sur la mémoire des studios et plateaux de l'enfance. Vue rétrospective et oblique. Enfant de la balle. Apprend son métier sur le tas. Ne peint plus que des maquettes ou des murs plus hauts qu'elle. 30 ans de théâtre. Se promène avec un appareil photo, argentique puis numérique, tout en manuel, sans technique.

4 commentaires à propos de “autobiographies #04 | 1992196519831977196920111994”

  1. J’aime beaucoup la rupture que tu installes entre les éléments à l’aide d’un tiret. Chacun garde sa liberté, et l’ensemble forme un texte, une atmosphère, donne à voir quelque chose, quelqu’un, un corps. Beau travail !

Laisser un commentaire