autobiographies #04 | Évocations postales

Le carnet vient de Chine. Sur son avant-dernière page, on peut lire une impression en noir indiquant : : « No. 6420 » et en-dessous « SHANGHAI. CHINA ». Les couvertures sont cartonnées et leurs faces extérieures sont recouvertes de papier noir collé. Les coins sont de couleur rouge, ainsi que la tranche de dos. Trois-cent-quatre-vingt-huit pages, chacune mesurant seize centimètres sur dix. Six-virgule-deux-cent-huit Continuer la lectureautobiographies #04 | Évocations postales

les podcasts #4 | lieu point-virgule lieu

Nouvelle réalisation podcast, et de nouveau merci collectif à Marion Mucciante, la proposition du cycle «autobiographies» à partir du livre de Julien Maret, construire la présence d’un lieu avec égalité des éléments syntaxiques, seulement marqués par des points-virgules. On peut aussi écouter le podcast ici sur YouTube. Au générique : 00:27 Ugo Pandolfi (1) 01:16 Juliette Keating (1) 02:12 Ugo Pandolfi (2) 03:44 Continuer la lectureles podcasts #4 | lieu point-virgule lieu

autobiographies #04 | 8805 Girardin

SAINT- LÉONARD Plongée dans l’inconnu.  Un continent inconnu, une ville inconnue, une famille inconnue. 8805, un numéro comme on n’en trouvait jamais en France. Les questions que pose cette adresse, précieux sésame, papier rangé près de mon passeport.  Une rue sans fin ? Combien de temps pour la parcourir ?  Je débarque après avoir survolé de nuit l’Atlantique. La Manche, Continuer la lectureautobiographies #04 | 8805 Girardin

autobiographies #04 | les lieux

On prend l’autobus pour s’y rendre. Rester sur la plate-forme, aspirer le vent, voir défiler les immeubles en pierre blanche parfois sculptés. J’aurais voulu comme le contrôleur tirer sur la chaine pour diriger la montée et la descente des passagers.  Les derniers autobus à plate-forme disparaissent le 23 janvier 1971. Leur suppression a été décidée pour des raisons de sécurité Continuer la lectureautobiographies #04 | les lieux

autobiographies #04 | 1992196519831977196920111994

1992 octobre boulevard de Port Royal – une toute petite chambre – jaune – du bout d’un couloir – roulement – charriot – cris comme oisillons – autres voix et café brûlé – quelque chose de féroce – dans le ventre ce n’est pas la faim.  1965 juin Lusignan – porte avec une grande serrure – clé au bout d’une Continuer la lectureautobiographies #04 | 1992196519831977196920111994

autobiographies #04 | carnet chiffré

Un chiffre : 18 (numéro d’appel et de naissance)Une couleur : RougeQuelques mots de vocabulaire encore en bouche : brigade/ ordinaire/foyer/gymnase/remise/lances/ grande échelle/décaler/ premier secours/Alerte/ Chef d’agrès, de groupe, de site/Combustion/ Départ/Menace/ Sécurité/Stationnaire/ Victime/ Secours d’urgence aux personnes/ Triage/ Lutte/ Les lieux en mémoire se sont imposés. Il a fallu rechercher les adresses, les bouts de sensations, souvenirs. Se déplacer Continuer la lectureautobiographies #04 | carnet chiffré

autobiographies #04 | rue du jeu de mail des Abbés Bat. C 3ème étage à droite et 35-37 rue de Toulouse

Rue du Jeu de Mail des Abbés, bat. C, 3ème étage. A droite. A gauche, ce sont des noirs qui ont emménagé récemment. Elle n’aime pas trop. Elle en a peur, elle les imagine toujours avec un couteau entre les dents, prêts à venir l’égorger, restes d’années de propagande coloniale. Dès le palier du deuxième étage, les fumets d’huile d’olive Continuer la lectureautobiographies #04 | rue du jeu de mail des Abbés Bat. C 3ème étage à droite et 35-37 rue de Toulouse

autobiographies #04 | lieux d’adresse

Le dernier carnet d’adresse physique qu’elle ait rempli date de 2004. Après cette année-là, elle ne prenait même plus la peine de recopier les adresses dans ses agendas successifs. En 2004, il y avait quelques adresses physiques et postales, avec des numéros de téléphone, et il y avait aussi des adresses mail. Des adresses postales pour envoyer une carte postale Continuer la lectureautobiographies #04 | lieux d’adresse

autobiographies #04 | coïncidences

Là, assis au milieu de la pièce, jambes croisées, mains jointes, sur la chaise qu’elle est allée chercher pour lui à la cuisine, une belle chaise, une Van Gogh, un bel homme aussi, tout à fait son type se dit-elle, un brun aux traits fins, à la peau claire, Kabyle peut-être ? Il paraît très tendu, le pied se balance révélant Continuer la lectureautobiographies #04 | coïncidences

autobiographies #04 | dédale

Non. Voilà bien un mot que j’aime : non. Te souviens-tu de ton premier Non ? Cette colère en moi enterrée mais pas morte, ça ressort au moment où on s’y attend le moins et c’est bon, non, un choc qui vient du ventre, de profond. Le téléphone a sonné, j’ai commis l’erreur de décrocher et depuis la phrase précédente, je continue Continuer la lectureautobiographies #04 | dédale