A propos de Hell Gosse

Un peu de sociologie de l'imaginaire, quelques années de journalisme à Montpellier, beaucoup de maternité. Une mise au vert en Lozère depuis peu pour avoir les yeux ouverts, le son du vent dans les feuilles, l'horizon qui affleure sur l'Aubrac. Venue ici par un heureux concours de circonstances. N'en reviens toujours pas de cette aventure qui se déploie.

hors-série #impératif | viens

Lève la main de ton visage, viens, regarde les oiseaux. Entend les arbres. Lèche le ciel qui n’est pourpre ici que de crépuscule. Ouvre tes poings, pose tes doigts sur la terre, enfonce-les doucement, sent chaque grain qui te prend, qui glisse autour, te fait une place. Ôte tes chaussures, marche sur les brins, les cailloux, les feuilles retroussées d’hiver, Continuer la lecturehors-série #impératif | viens

hors-série #impératif | comptez

Encore, encore ! Alignez les chiffres, additionnez, multipliez, empilez les corps, démembrez les familles, cloisonnez les étreintes, abolissez les adieux, effacez les noms. Les millions perdent tout visage. Comptez bien ! Comptez les masques, les doses, les aiguilles, les minutes d’aération, les mètres entre les peaux, entre les souffles de bouche à bouche l’espoir s’étouffe dans les plis de papier, comptez les Continuer la lecturehors-série #impératif | comptez

autobiographies #15 | dans la boîte

Une salle, cubique, et sur tout le pourtour, un rebord sur lequel reposent des boîtes, du format d’une boîte à chaussure, toutes identiques, percées d’un cercle et d’une lentille sur le devant. On y applique l’œil. Première boîte : Elle se voit : A quatre pattes, une brosse à dent à la main, elle frotte les joints entre les dalles du carrelage Continuer la lectureautobiographies #15 | dans la boîte

autobiographies #14 | impressions en exemplaire unique

Oui toutes les images disparaîtront les deux chevaux vertes guettées sur la route pour être le premier à pincer l’autre ce visage épouvanté, apparition d’albâtre sur toile noire, de Nicole Kidman dans Dogville la partie la plus haute du Pont du Gard où l’on pouvait émerger depuis les trouées dans le plafond de l’aqueduc, passer de l’étroite obscurité du tunnel Continuer la lectureautobiographies #14 | impressions en exemplaire unique

autobiographie #13 | sa peau

Elle. Cinquante ans à pincer les lèvres, à se capitonner de cartilages. Droite, elle y mettait un point d’honneur. La tête droite, tout en haut de son cou, trop haute pour que j’aille lui porter un baiser. Elle détestait ça les marques d’affection qui en disaient, elle détournait le visage, repoussait de la main, « Non non, laisse-moi tranquille ». Elle reprenait Continuer la lectureautobiographie #13 | sa peau

autobiographies #12 | entre posés/ex posés

Un lustre en osier en forme de fleur inversée avec des ourlets marron foncé. L’ampoule est encore dessus mais le filament rompu. Le pas de vis est à baïonnette. Deux couvre-lit orange vif à la surface grumeleuse pour des lits une place. Des franges sur les longueurs. Des paires de draps, blancs, à grosses fleurs roses aux feuilles vert tendre, Continuer la lectureautobiographies #12 | entre posés/ex posés

autobiographies #11 | robes

C’est en nylon, ce doit être en nylon, nouvelle matière, moderne, marque du progrès qui tarde dans les placards de la cuisine – l’ancien matériel est si solide – quelques cintres dans la garde-robe. C’est tout. C’est du nylon, lisse, doux, fin, nylon qui colle un peu aux poils, nylon noir, chaud, transpirant – donne au corps une odeur rance Continuer la lectureautobiographies #11 | robes

autobiographies #10 | reflets d’elles

Dans le miroir, au-dessus de la double vasque, son reflet étale la crème de jour d’une main experte, front, tempes, nez, ailes, joues, menton, descendre dans le cou et jusqu’entre les seins, en appuyant fort, comme pour défroisser un dessus de lit. Elle se regarde. Un bandeau retient ses cheveux au-dessus du front, ça lui donne l’air d’avoir un masque Continuer la lectureautobiographies #10 | reflets d’elles

autobiographies #09 | où l’on pourrait poursuivre indéfiniment

Quelques chaises dans un tout petit espace, salle d’attente destinée à un seul patient, quelques magazines soigneusement rangés sur une table basse. Il n’y a personne. On passe la porte, le sol est à carrelage ouvragé avec des rosaces, une jeune femme les contemple en silence, avec application, en face d’elle un grand bureau quasiment vide, un homme est assis Continuer la lectureautobiographies #09 | où l’on pourrait poursuivre indéfiniment

autobiographies #08 | couloir ; cuisine ; salon ; chambre ; escalier ; cagibi ; chambre ; chambre ; chambre ; salle-de-bain ;

Sur sa paillasse sommaire la chienne ; elle ne bave pas beaucoup pour un Boxer ; chien brun oreilles coupées en pointe et queue en moignon ; la canine inférieure gauche déborde ses babines ; roulée en boule ; haletante ; l’œil un peu rouge quand le poil de barbe blanc ; contre le rideau marron épais coupant la respiration du vent sous la porte d’entrée ; ça sent Continuer la lectureautobiographies #08 | couloir ; cuisine ; salon ; chambre ; escalier ; cagibi ; chambre ; chambre ; chambre ; salle-de-bain ;