autobiographies #04 | ce numéro n’est plus attribué…

Le carnet à la couverture noire avec un élastique distendu qui ne maintient plus vraiment les informations qu’il enserre. L’écriture penchée et ample ne laisse aucun doute sur son propriétaire. Ce n’est pas un carnet d’adresse par ordre alphabétique comme on trouvait autrefois, mais un carnet à tout faire, pour prendre des notes, à petits carreaux et assez épais, d’une Continuer la lectureautobiographies #04 | ce numéro n’est plus attribué…

autobiographies #04 | où aller

Dans la seconde salle d’attente qui ouvre sur le couloir des consultations de nuit, elle est sagement étendue sur le lit, attend immobile et silencieuse, les deux mains jointes sur le ventre. J’approche doucement, ne sachant si elle dort, si elle sommeille légèrement, si elle profite de la chaleur du lieu pour se détendre. Un craquement de ma jambe. Elle Continuer la lectureautobiographies #04 | où aller

autobiographies #04 | Répertoire mécanique

Le répertoire mécanique. À côté du téléphone à cadran rotatif — modèle S63 de table, support gris clair, cadran et cordons gris foncé, combiné et écouteur d’un gris plus terreux, limoneux —, une petite boîte de métal et de plastique, rectangulaire. Deux bandes verticales, impression bois, entre lesquelles je faisais jouer un bouton à glissière transparent, fendu d’un trait rouge Continuer la lectureautobiographies #04 | Répertoire mécanique

autobiographies #04 | la chasse au passage

C’est un carnet récupéré il y a quelques années, dans un sous-sol, il trainait. Il est en cuir fermé d’une pression dorée, petit il tient dans la main, c’est un objet doux au toucher et un grain fin ajoute à sa délicate matérialité. Il est emporté sans demander et remisé dans un coin. Les années ont passé, et le voilà Continuer la lectureautobiographies #04 | la chasse au passage

autobiographies #04 | les amies de ma mère

Ma mère s’appelait Noëlle. On en plaisantait bien. Entre la mère Noël et l’écologiste nous avions le choix. D’où un goût, une attention, pour les noms qui disent des mots. Longtemps après son décès survenu quand j’étais jeune, replonger dans son univers, dans cette époque des années cinquante, voir écrits le nom des lieux qu’elle fréquentait, le nom des personnes Continuer la lectureautobiographies #04 | les amies de ma mère

autobiographies #04 | petit-carnet-classeur-à-anneaux- clic -clac -et-carreaux-toujours- trop-petits pour envoyer des cartes postales.

Le carnet d’adresses à cartes postales. On n’envoie plus de cartes postales. L ‘écriture dépassait les petits carreaux, un petit carnet d’adresse n’est pas un cahier d’écriture à grandes lignes, comme à l’école. A croire que le carnet d’adresse n’était pas conçu pour les écritures maladroites et à grosses lettres de l’enfance, il fallait se forcer à serrer, pour que Continuer la lectureautobiographies #04 | petit-carnet-classeur-à-anneaux- clic -clac -et-carreaux-toujours- trop-petits pour envoyer des cartes postales.

autobiographies #04 | plumes, aiguilles

Rue plumier :  quelque chose de sordide, d’inquiétant, de misérable et de sombre. La Javel infernale de la mémé, les accents aigus de ce petit nom qui se plantent dans mes oreilles comme le nom d’une mauvaise herbe piquante, ce nom d’Annie qu’elle a préféré à celui, sien, beau et mystérieux d’Ida, l’étouffoir des meubles partout, ce placard où elle s’enferme Continuer la lectureautobiographies #04 | plumes, aiguilles

autobiographie #04 | mal adresse(s)

Le logiciel s’appelait Lotus quelque chose, je ne sais pas quoi. C’était bien avant qu’IBM rachète les solutions de Groupware Lotus Notes-Domino pour 3,5 milliards de dollars. C’est dans l’avion, entre Paris et Montréal, que Roger Gomez m’en fit l’éloge, démonstration à l’appui, son Filofax A5 Richmond en mains, posé sur ses genoux. On pouvait classer chaque full address card par catégories, les associer Continuer la lectureautobiographie #04 | mal adresse(s)

autobiographies #04 | des lieux gravés

Vauthier le nom d’une petite rue perpendiculaire à la rue du Val de Saire, elle rejoint d’un côté la rue de Sennecey et de l’autre la rue Malakoff. A l’une des extrémités, un peu en retrait il y a la Résidence “Les tilleuls” et au n°7 un immeuble blanc de 4 étages. Pour accéder au hall d’entrée une volée de Continuer la lectureautobiographies #04 | des lieux gravés

autobiographies #04 | au 3-4 rue de Marne à Maisons-Alfort (94)

SOUVENT CE SONT LES ORGASMES qui nous réveillent la nuit. De très grands orgasmes. Avec Rosette c’est comme ça.On est fatigués de la journée et les cris des orgasmes très grands de Rosette la nuit nous réveillent tard dans la nuit. Parfois très tard.C’est pas comme ça toutes les nuits. Non. Mais quand il vient l’orgasme très grand alors là Continuer la lectureautobiographies #04 | au 3-4 rue de Marne à Maisons-Alfort (94)