#40 Jours #25 | bas roses et gants blancs

10 novembre 1906. Dans le jardin, les daturas sont encore en fleurs. Nous en avions mis quelques-unes dans la chambre rose. — Bien sûr, je ne les toucherai pas, ne vous en faites pas ; elles sont fleurs de mort mais on dit que les chamans amazoniens les utilisent pour des voyages autrement plus lointains que ceux de l’opium. Il Continuer la lecture#40 Jours #25 | bas roses et gants blancs

#40 jours #25 | La maison cassée

Il n’a plus de batterie ni de plan mais il s’en fout, le quartier est agréable. Il est en pente et tout ramassé, on dirait un petit village abandonné. Abandonnée la boulangerie devenue chambre d’hôte mais qui a gardé son nom. En remontant la rue, il note les bornes en béton cassées comme de vieilles statues antiques et se demande Continuer la lecture#40 jours #25 | La maison cassée

#40jours #25 | bourdonnements

Des inscriptions gravées dans la pierre, illisibles, le sang effacé, la mémoire en sommeil. Les chants ne résonnent plus, les cris se sont tus. S’ouvre sur le ciel un plafond défoncé par le temps. La rumeur s’est perdue à l’ombre des portes blanches. Le lieu est magnifique à l’éclat d’aujourd’hui. Plus un sillon des pas des soldats, les dahlias enroulent Continuer la lecture#40jours #25 | bourdonnements

#40jours# 24 et 25 – traces ou pas traces

Aout 2020 deux ans et deux mois avant que,  ils ont pris la photo à ce moment-là dans ce genre de moment on ne peux pas penser à tout et du coup on est face à, les autres aussi ont pas mis à jour et du coup on est face à, face au nom de l’endroit écris en gros sur Continuer la lecture#40jours# 24 et 25 – traces ou pas traces

#40jours-25-serralongue | doux rêveurs

Barrières renversées. Une voiture à contre courant à priori les aurait pliées. L’image que je vois maintenant est immobile fixe: les barres sont au sol semblant immuables alors que cette nuit, une voiture les a pliées. Je regarde ces barres: moment long et lent. Des gens passent : l’un revient d’avoir fait le marché avec un cabas; deux jeunes passent Continuer la lecture#40jours-25-serralongue | doux rêveurs

#40 jours #25 | Les Grands Champs

Les volets n’étaient pas blancs. C’était couleur locale avant. On est dans les derrières de Sauveterre. Dans les hauteurs du coteau. Une petite route sinueuse qui monte doucement. Il y a une haie d’arbres le long et un grand pré avec un petit bois. L’ombre y est dense. La ville reste invisible. On est sur une petite route de campagne Continuer la lecture#40 jours #25 | Les Grands Champs

#40jours #25 |à l’abri de rien

Boulogne Billancourt, Rue du Dôme Deux livreurs «Uber shit» interpellés après une course-poursuite, 5 kg de cannabis saisis. Les policiers de la brigade territoriale de contact (BTC) de Boulogne Billancourt ont demandé à un automobiliste de s’arrêter pour un contrôle ce vendredi. L’homme a pris la fuite avant d’être interpellé, tout comme son passager. Ils transportaient un peu plus de Continuer la lecture#40jours #25 |à l’abri de rien

#40jours #25 | visiter les hiers

C’est une rue calme, destinée à être parcourue rapidement en voiture. Quelques lacets pour l’animer mais elle force l’attente et le laisser passer. De part et d’autre, les habitations muettes sont parfois saignées par des volées d’escaliers, montantes du côté des nombres impairs, descendantes en face. Au niveau du 175, une ruelle grimpe vers une histoire familiale oubliée. Qui sait Continuer la lecture#40jours #25 | visiter les hiers

#40jours #25 | 5 septembre 2013

Le lion ne rugira plus. Les banderoles ne flotteront plus. Les publicités peintes directement sur le grand pignon face à l’entrée ne célèbreront plus les vin et café Goulou ou la Laiterie Moderne du Rocher ou le grand camembert LEPETIT et bien d’autres encore.Les enfants des Sablons et autres quartiers de la ville ne fouleront plus son parquet.Plus de folles Continuer la lecture#40jours #25 | 5 septembre 2013

#40jours #25 | les faits sans les faits

De chaque coté de cette petite rue qui est la rue principale d’après la pancarte apposée au début de la rue juste au dessus d’un marchand de chaussure enfin d’après ce qu’il reste de l’enseigne c’était également un boucher. Dans cette rue principale. Des traces d’enseignes anciennes peintes peinture indélébiles passées sortes de charme de la trace du passé si on Continuer la lecture#40jours #25 | les faits sans les faits