#P2 | généalogies

Photothèque familiale, années 1920

Familles, saintes familles, familles chéries, ah vous croyez ça vous, familles folies, familles je vous fuis, aïeux à peine ou jamais connus, grands-parents paysans, père mère dits papa maman balbutiés au début, papa maman frérot frangine ces liens sacrés de famille, famille mais pourquoi elle a dit moi je suis très famille, ah non pas moi, surtout pas, et la famille ça compte plus que le reste, tu parles, enfer famille désir d’amour cri de naissance, je suis là je respire, clan élargi lors des réunions du dimanche pour baptêmes communions mariages, papa maman enfants oncles et tantes des deux côtés, visages en noir et blanc tournés vers le centre de la table, visages réjouis ou soucieux souvent, oncles tantes cousins, un tas de cousins cousines poussés comme des graines jetées au sillon, flopée de générations installées dans la vie plus ou moins loin du point d’origine de la dissémination, explosion de filiations, extensions, ovulations, fécondations, reproductions, pénétrations incontrôlées, familles épaissies avec la honte la sève dans l’obscur des chambres, grivoiseries lors des banquets, oncle Léo une force de la nature, oncle Robin alcoolique notoire, oncle Paul le plus jeune, oncle Ernest taciturne oublié, oncle Ludo mort au volant de sa voiture à l’arrêt, les épouses les tendres tantines Rolande Jacqueline Yvette Odile Simone les soumises tenues par la bride les offertes les bonnes à tout faire en robes neuves et cheveux mis en plis, les pièces rapportées, les jaloux, les grincheux, les colériques, les mal embouchés, les gaffeurs, les enragés, les pervers qu’on ne voit pas pourtant tout le monde sait, ah familles, saintes familles, attirance-rejet amour-souffrance, le père la mère le frère la sœur, l’aînée dont on parle encore souvent bien qu’elle soit restée petite dans les mémoires avec son prénom qui commence par un E gravé sur une plaque ornée de colombes, enfants nés après elle inscrits au stylo bille sous le sien sur le livret de famille comme un genre de certificat, chacun avec mention né le à et décédé ou non, enfants des enfants un jour ou l’autre, petits-enfants des père et mère, descendances oublieuses des temps anciens balancées dans un monde déglingué, familles démultipliées, familles explosées désintégrées, familles recomposées refaçonnées, le père désormais considéré comme l’ancien, l’ancêtre, le vieux, le patriarche (prénom commençant par un E à peine lisible sur sa pierre tombale depuis 2017, caché derrière les fleurs), et bien d’autres tombes du clan dispersées dans le terrain prévu pour ensevelir les morts avec noms complets inscrits dans le granite, on se demande combien de lignées depuis le commencement, le commencement de quoi ? est-ce bien raisonnable ?, généalogies incontrôlées, expansion illimitée, élargissement dilatation jusqu’à l’explosion des carcans

A propos de Françoise Renaud

Parcours entre géologie et littérature, entre Bretagne et Languedoc. Certains mots lui font dresser les oreilles : peau, rébellion, atlantique (parce qu’il faut bien choisir). Romans récits nouvelles poésie publiés depuis 1997. Vit en sud Cévennes. Et voilà.

14 commentaires à propos de “#P2 | généalogies”

  1. Waooh, Françoise, découvre ton texte sans avoir encore eu le temps d ecouter la proposition – absolument superbe, quelle puissance, quel cri ! mais quelle est donc cette proposition qui la pousse, cette langue-là ?!

    • ben tu verras, je suis sûre que ça t’inspirera aussi… exercice superbe mais ne l’avait-on pas déjà fait ? je ne sais plus…
      en tout cas je n’ai pas réfléchi, je suis partie sur une des pistes notées au commencement et l’ai développée en espérant répondre à la consigne… ahah
      merci pour ton attention et ton intérêt…
      (j’ai du retard dans mes lectures)

Laisser un commentaire