dialogue #3 | III, dialogues sans fil

— vous en avez déjà conduit ? Faut savoir que l’angle mort est important. Sinon malgré le volume c’est léger
— j’ai apporté trois chèques comme vous m’aviez demandé et le reste en liquide
— vous allez loin ?

— elle portait une robe longue mais rouge
—  ah ! c’est pas commun
— ça se fait dans certains pays

— le pire c’est qu’on a pas retrouvé le dernier…
— tu peux dormir après ?
— … vu que les autres étaient morts, c’est sûrement mieux

— moi ce que je préfère c’est conduire la nuit. J’ai toujours conduit de nuit surtout sur les longues distances. Avec mon boulot c’est vrai que c’était pratique… les phares je les ai briqués vous verrez, gare aux lapins ont vite fait de se jeter sous les roues. La lumière ça les attire. Les chats. Les hérissons.

— j’ai un livre, en fait blanc c’est récent. Après ça varie en fonction des pays, des coutumes … Aujourd’hui on pourrait y aller nu que personne y trouverait à redire

— le risque c’est l’hypothermie, sept huit degrés, nous même avec la combinaison on sent le froid, alors tu imagines… Dormir ? heureusement il y a la télé

— avec ma femme on a fait l’Amérique, angle mort ou pas on en a vu et lui avant nous. Ma femme aussi l’a conduit. Faut se méfier de la hauteur elle disait, ça fausse un peu les perspectives les bords de trottoirs on les sent moins …

— enceinte ça choque plus mais avec un ventre pareil c’est direct voyage de noce à la maternité

— deux ans a dit l’interprète il a du couler à pic qui sait avec la marée il viendra peut-être s’échouer. C’est arrivé…

— les gosses adoraient on a dormi jusqu’à cinq… comme il est pas « trop gros » il y a plus de tolérance sur certains parkings. Vous avez des enfants ?

— des enfants morts trois en une nuit

— pas des jumeaux quand même

— un marcassin

petits dialogues surgis au réveil pourquoi pas les déposer ici me suis dit

A propos de Nathalie Holt

Rêve de peinture. Quarante ans de scénographie plus loin, écrit pour lire et ne photographie pas que son lit.

3 commentaires à propos de “dialogue #3 | III, dialogues sans fil”

  1. (on rentrait – mais on était dans ma voiture, pas un camping-car ou quelque chose à angle mort (j’aime bien “angle mort”) – c’était la nuit, mon frère avait présenté son livre, le libraire avait été adorable et le vin apporté (un magnum) par l’éditrice (ou son mari – qui peut savoir,avec le vin ?) la route était déserte,on avait trente kilomètres devant nous – il faisait si bon il faisait si doux disait Jean-Roger Caussimon – et je n’ai pas réussi à éviter un petit marcassin, en effet)

Laisser un commentaire