C’est là

Une vache se retourne de l’autre côté de la route. La regarde peut -être, elle. Garant sa voiture le long du mur aveugle qui fait angle avec la façade . Sortant du véhicule, défroissant une jupe large à grandes poches .Saisissant une petite bouteille en plastique et jetant l’eau tiédie sur les herbes courtes. Ondule à cet endroit le fantôme d’une Peugeot 206. Léger . Accommodant. La vache chasse une mouche sans cesser de ruminer et de poser sur elle un regard flottant. Une cigarette. Et puis non. Ecouter les bruits d’ici. Sentir l’air du mois d’août. Entendre encore un peu les voix d’avant les inventer. Il sera toujours temps de pousser la porte et de se retrouver devant un écran de télé pour que tout s’écroule ou que tout commence . Personne ne sort de la maison. Les volets rouge sombre sont fermés bien que le soir commence et que la chaleur tombe. Personne ne l’épie entre deux battants. Viennent à elle Jean Valjean, Suter .Des arrivants des nouveaux venus des mal vus. Cohorte . Sa main flatte l’aile encore chaude de l’auto s’enduit de la poussière grasse du voyage.

A propos de Roselyne Cazanave

Née à Marseille, je vis en Haute Loire depuis plus de trente ans. Prof en collège , plus pour très longtemps. J'ai commencé à écrire grâce aux ateliers d'écriture organisés par Anne Roche, à la fac, puis j'ai continué: nouvelles très brèves, poèmes. j'ai un peu publié dans deux revues: Textuerre et Filigrane. L'atelier ''Recherches sur la nouvelle ''a été un vrai cadre de travail. Je continue à écrire sur sa lancée.

6 commentaires à propos de “C’est là”

    • Simone, c’est un vrai plaisir de te retrouver ici à nouveau. J’ai essayé de ralentir l’écriture pour bloquer l’afflux d’éléments autobiographiques ou plutôt pour les réduire au sensible sans embrayer sur l’histoire familiale. Donc j’ai écarté les premières idées d’histoires et je laisse un peu mûrir. Je vais aller te lire!

Laisser un commentaire