#L1 Pousser la porte

Le souffle lui manque, ses bâtons de marche l’embarrassent. Il faut escalader les rochers. Il avance comme on grimpe à une échelle en faisant attention à ne pas tomber. Il traverse un nuage, les gouttes de pluie si fines se mêlent à ses larmes. Il est là et ailleurs, au loin des voix de toutes les couleurs. Au milieu du paysage rouge flamboyant, une énorme pendule le regarde. Son bruit lancinant de tic tac lui harcèle les tempes. Un rayon de soleil lui transperce les yeux. Au sommet, tout est dévasté. Il ne reste rien. Où est-il ? Il se frotte les yeux, les ouvre péniblement, le bruit de l’énorme pendule n’est qu’un volet qui claque au vent. Rêve, réalité ! Soulagé il prend le temps de se réveiller. Ses vêtements traînent sur le parquet. Cette chambre, le chalet impossible à trouver et enfin exténué pousser la porte, se déshabiller et s’allonger.

A propos de Marie Moscardini

Après une formation à Aleph en 2014, j'anime des ateliers d'écriture dans une petite ville de Saône et Loire. En apprentissage permanent je m'enrichis, je m'agrandis en participant depuis 2016 aux ateliers de François BON.

8 commentaires à propos de “#L1 Pousser la porte”

Laisser un commentaire