#40 jours #36 | Vous n’êtes pas oubliés

Un cimetière de quartier, on les visitait souvent, les morts, avant, ils étaient parmi nous dans les cimetières de quartier, s’y rendre certains dimanches après-midi, une ancienne voie de chemin de fer qui longeait l’arrière du cimetière, c’était comme une promenade. Des centaines de tombes, des centaines de noms, ils sont nombreux les morts, des noms qui n’ont de signification Continuer la lecture#40 jours #36 | Vous n’êtes pas oubliés

# 40 Jours # 36 | reste(s)

36 il suffit de prendre l’avenue (toponyme de prénom biblique) elle part du boulevard c’est une impasse et dès la droite, après la barrière, un lieu – des cailloux blancs : c’est là qu’on posa les restes d’un acteur et réalisateur de cinéma grandiloquent et drôle – parfois j’en prends trois – passer sous le pont bleu (au dessus de celui-ci Continuer la lecture# 40 Jours # 36 | reste(s)

#40jours #36 | en Arles

Souvenirs d’un certain mercredi 18 août… 10 heures 38 – Pas de photo, me dit avec le sourire une femme en noire, cigarette à la main, devant le panonceau « interdit de fumer » à l’entrée du cimetière, mis en service en 1784. Une première poubelle ronde d’un mètre de haut, verte, trouée en sa partie supérieure par sept rangées de trente trous, dimension pièce Continuer la lecture#40jours #36 | en Arles

#40jours #36 | l’acropole de Jinghui Meng

Pina Bausch – les lieux sont choisis avec soin pour le bal, il faut faire jaillir le noctambal avec des habits flamboyants, longues robes où le son de la bure parcourt les épaules, le torse, les anses de la jarre, les chaussures plates enveloppent le pied comme une tige à lacets, et les yeux, les yeux, les yeux laissent couler Continuer la lecture#40jours #36 | l’acropole de Jinghui Meng

#40jours #36 | Parade

Le parvis donne sur le ciel. Quelques temps déjà qu’elle les suit, dans chaque ville, dans chaque pays. Sur les visages les coulées d’ombre, de lierre. Ils sont contents, pensifs. En contrebas coule l’Arno. Là-bas les tours et les pavés, les tableaux dans les musées. Elle les suit, elle ne se souvient plus du décor. Elle ne se souvient plus Continuer la lecture#40jours #36 | Parade

#40jours #36 | les momies de Saint Michel

En 1791, des corps naturellement momifiés, dans un état de conservation remarquable, sont déterrés près de la basilique Saint Michel et rassemblés dans la crypte sous la tour du clocher. Jusqu’en 1979, c’est une des plus grandes attractions touristiques de Bordeaux. Personnages : La famille empoisonnée (le père, la mère, les quatre enfants) La femme africaine et son enfant Le portefaix Continuer la lecture#40jours #36 | les momies de Saint Michel

#40jours #36 | parole aux morts

Estelle R. 1978-2016 Je me suis jetée dans la Loire, un jour de décembre gris. L’eau noire m’a avalée. J’ai noyé ma douleur. La tête en étau. La peau grise. Plombée de chagrin j’ai sombré dans la vase le limon les algues dérivé délivrée légère enfin dans le courant dissout le corps et l’âme dans les méandres du fleuve. J’ai Continuer la lecture#40jours #36 | parole aux morts

#40jours #36 #37 | aux morts quoi dire, et pèlerinage au cimetière marin

Pour y aller il faut grimper par les rues de la ville. D’abord tu rencontreras une église. L’église au centre de la ville haute. De chaque coté douze marches permettent d’enjamber l’esplanade et de poursuivre son chemin. Plus loin c’est indiqué cimetière marin et si ça ne l’était pas le haut des croix dépassent de l’enceinte du cimetière marin. J’adore Continuer la lecture#40jours #36 #37 | aux morts quoi dire, et pèlerinage au cimetière marin

#40jours #36 | intertaphes à Ndak

Pourquoi cette insistance insinuation que Ndak n’existe pas ? Ndak existe autrement. Comme la silhouette d’Amadou Hampâté Bâ, la nuit, en haut de la façade du 12, rue Saint-Urcisse. Elle existe autrement. Soixante-dix-sept après, les morts existent par l’écho des questions auxquelles ils n’ont jamais vraiment répondu. Un cimetière, c’est fait pour ça. Pas pour recueillir des corps. Pour donner le Continuer la lecture#40jours #36 | intertaphes à Ndak