#P6 Céréales K

J’entends le léger claquement d’un tuyau, l’eau froide que je fais couler, la porte d’un placard à manger, l’emballage transparent de céréales BIO que je saisis et commence à verser dans un bol, ma tête est chargée des moissons de l’été, frémissement dans la bouilloire, tremblement du sol sous le lino, tremblement plus fort des verres contre les mugs, un train de céréales passe dans la cuisine. Une moissonneuse souffle. Les animaux fuient. Les flocons sont d’avoine et en apesanteur ils tournent dans un grand désordre flottant, Kellogg’s Corn flakes et lait que je sucrais, Rice Crispies Snap and Pop, Crousty Miel qui collaient au paquet, Muesli pour faire chic, Chocapic pour de vrai, Weetabix pour personne. Quaker Oats pour moi. Oats for us.

Rassemblement lent, lunettes et vêtements, ordinateur, chargeur et appareils auditifs que je garde encore éteints dans le creux de ma main. Je vais écrire dans la lumière de la cuisine qui donne sur la cour carrée d’un immeuble de cinq étages non bombardés dans Berlin, à Treptow. Grande fenêtre à quatre battants, ciel bleu, grands marronniers qui montent au-dessus des toits, vélos dans la cour. Dans la nuit le ciel restait clair. C’est la cour qui tenait la nuit noire.

Grand lit plat sur le parquet. Réveil et couverture des yeux, bouche encore cousue de nuit. Oreilles tendues à distinguer les espaces vides. Dors encore. Les pieds glissent sur un parquet allemand qui ne grince pas. Je devine à l’accroc de mes gestes les bruits que je fais.

Nuit dans la chambre d’un monde en noir et blanc. Un trait de lumière vive sabre les rideaux et se dédouble au plafond. Une lame blanche sur noir de blanc sombre.

La nuit, voir sans entendre.
Le jour se souvient.

Laudes.

A propos de Antoine Hégaire

Né à Paris.

7 commentaires à propos de “#P6 Céréales K”

Laisser un commentaire