#L4 | Dos à dos

Virginia Woolf, La Promenade au phare, la maison abandonnée animée anima c’est l’âme de l’écrivaine sous les lambeaux de la tapisserie mes ongles sur la page

Albane Gellée, Un bruit de verre en elle, captation des fêlures dans le miroir des yeux l’homme il la femme elle ça traverse quelque chose suit son cours, comme dirait Clov

Fleurs en fioles d’or Jin Ping Mei Ci Hua, les cours sombres les cris des concubines chair et corps dans leur matérialité exotique et dans toutes les pièces de la maison de Ximen Qing résonnent les voix que j’entends de plus en plus fortes au fur et à mesure que j’apprends la langue

Homère, L’Odyssée, c’est cette histoire de retour d’éternel retour personne n’en finit jamais de revenir le tumulte des flots les gouffres sous les vagues la silhouette d’Ithaque voilée d’embruns sans cesse redessinée

Émile Verhaeren, Les Villes tentaculaires, Vulcain à sa forge les pontons les chariots l’inventaire d’une puissance démiurgique sous la langue brûlée de l’asphalte blocs dorés du métal qui bout à grosses cloques brouillonnes

Valeria Luiselli, Les Archives des enfants perdus, voyage vers la frontière mexicaine les voix des enfants sur le toit des trains passé mémoriel du pays continent ode à Géronimo se perdre encore cette histoire de retour Ithaque au Texas

Jean Racine, Phèdre, déchirements en parfaite langue gong symétrique les alexandrins ploient le monde du coeur qui ne palpite plus qu’en cadence passion majeure

Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit, n’en reviendrai pas ça a commencé comme ça avec Bardamu ce choc de l’écriture jamais un autre texte n’a résonné ainsi

Marguerite Duras, Écrire, écriture chevillée à son corps âpre à se chercher se contourner et s’arrimer dans ses méandres à l’image la plus proche écrire est une chanson de geste, sa douleur

Honoré de Balzac, La Cousine Bette, comme à la dissection sur la table d’anatomie desséchée la cousine et mauvaise une araignée venimeuse punaisée sur un panneau de liège archétype de personnage archétype des archétypes en ce siècle où l’on n’est que mater dolorosa ou putain

Laisser un commentaire