Le violoncelle oublié

Un violoncelle          posé là          silencieux          fondu dans le décor         pauvre carcasse abandonnée au néant         condamné au mutisme          toute musique abolie                  ravalée        avortée         ses quatre cordes inertes        son archet endormi              il gît là          en Continuer la lecture Le violoncelle oublié

Plein lac

flottant sur l’eau             soie dense           extraordinairement profonde            portés par l’eau            nos corps           allongés     infinis           étirés     en étoile              ruissellement sombre           nos corps        brusquement  redressés        Continuer la lecture Plein lac

Ma tante

seize      seize      heures      seize      heures      mercredi      seize      heures      mercredi      je      seize      heures      mercredi      je      franchis      seize      heures      mercredi      je      franchis      le      seuil      seize      heures      mercredi      je      franchis      le      seuil      de      la      maison      seize      heures      mercredi      je      franchis      le      seuil      de      la      maison      de      retraite      seize      heures      mercredi      je      franchis      le      seuil      de      la      maison      de      retraite      Notre-Dame      seize      heures      mercredi      je      franchis      le      seuil      de      la      maison      de      retraite      Notre-Dame      qui      surplombe      seize      heures      mercredi      je      franchis      le      seuil      de      la      maison      de      retraite      Notre-Dame      qui      surplombe      l’océan            comme      chaque      mercredi et     et     comme     et     comme     chaque     et     comme     chaque     mercredi     et     comme     chaque     mercredi     l’odeur     et     comme     chaque     mercredi     l’odeur     de     lait     et     comme     chaque     mercredi     l’odeur     de     lait     et     d’urine     et     comme     chaque     mercredi     l’odeur     de     lait     et     d’urine     caillés     et     comme     chaque     mercredi     l’odeur     de     lait     et     d’urine     caillés     me     prend     et     comme     chaque     mercredi     l’odeur     de     lait     et     d’urine     caillés     me     prend     à     la     gorge     et     comme     chaque     mercredi     l’odeur     de     lait     et     d’urine     caillés     me     prend     à     la     gorge     jusqu’à     et     comme     chaque     mercredi     l’odeur     de     lait     et     d’urine     caillés     me     prend     à     la     gorge     jusqu’à     me     poursuivre     et     comme     chaque     mercredi     l’odeur     de     lait     et     d’urine     caillés     me     prend     à     la     gorge     jusqu’à     me     poursuivre     dans     l’escalier     et     comme     chaque     mercredi     l’odeur     de     lait     et     d’urine     caillés     me     prend     à     la     gorge     jusqu’à     me     poursuivre     dans     l’escalier     qui     conduit     et     comme     chaque     mercredi     l’odeur     de     lait     et     d’urine     caillés     me     prend     à     la     gorge     jusqu’à     me     poursuivre     dans     l’escalier     qui     conduit     à     la     chambre     et     comme     chaque     mercredi     l’odeur     de     lait     et     d’urine     caillés     me     prend     à     la     gorge     jusqu’à     me     poursuivre     dans     l’escalier     qui     conduit     à     la     chambre     de     tante     et     comme     chaque     mercredi     l’odeur     de     lait     et     d’urine     caillés     me     prend     à     la     gorge     jusqu’à     me     poursuivre     dans     l’escalier     qui     conduit     à     la     chambre     de     tante     Marie-Thérèse          morte     en     vie morte    en    vie    morte    en    vie    assise    morte    en    vie    assise    droite    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    de    biscuits    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    de    biscuits    sur    sa    jupe    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    de    biscuits    sur    sa    jupe    blanche    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    de    biscuits    sur    sa    jupe    blanche    elle    ressemble    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    de    biscuits    sur    sa    jupe    blanche    elle    ressemble    à    une    communiante    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    de    biscuits    sur    sa    jupe    blanche    elle    ressemble    à    une    communiante    au    moment    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    de    biscuits    sur    sa    jupe    blanche    elle    ressemble    à    une    communiante    au    moment    où    j’entre    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    de    biscuits    sur    sa    jupe    blanche    elle    ressemble    à    une    communiante    au    moment    où    j’entre    dans    la    chambre    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    de    biscuits    sur    sa    jupe    blanche    elle    ressemble    à    une    communiante    au    moment    où    j’entre    dans    la    chambre    et    à    cet    instant-là    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    de    biscuits    sur    sa    jupe    blanche    elle    ressemble    à    une    communiante    au    moment    où    j’entre    dans    la    chambre    et    à    cet    instant-là    elle    ne    peut    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    de    biscuits    sur    sa    jupe    blanche    elle    ressemble    à    une    communiante    au    moment    où    j’entre    dans    la    chambre    et    à    cet    instant-là    elle    ne    peut    que    regarder    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    de    biscuits    sur    sa    jupe    blanche    elle    ressemble    à    une    communiante    au    moment    où    j’entre    dans    la    chambre    et    à    cet    instant-là    elle    ne    peut    que    regarder    les    contrevents    rouges    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    de    biscuits    sur    sa    jupe    blanche    elle    ressemble    à    une    communiante    au    moment    où    j’entre    dans    la    chambre    et    à    cet    instant-là    elle    ne    peut    que    regarder    les    contrevents    rouges    ouverts    morte    en    vie    assise    droite    sur    le    lit    à    fleurs    et    les    bris    de    biscuits    sur    sa    jupe    blanche    elle    ressemble    à    une    communiante    au    moment    où    j’entre    dans    la    chambre    et    à    cet    instant-là    elle    ne    peut    que    regarder    les    contrevents    rouges    ouverts    à    l’espagnolette    de    ses    yeux    d’oiselle de   ses   yeux   d’oiselle   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   les   autres   pensionnaires   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   les   autres   pensionnaires   tous   les   autres   pensionnaires   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   les   autres   pensionnaires   tous   les   autres   pensionnaires   comme   s’ébrouant   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   les   autres   pensionnaires   tous   les   autres   pensionnaires   comme   s’ébrouant   à   la   fin   d’un   jeu   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   les   autres   pensionnaires   tous   les   autres   pensionnaires   comme   s’ébrouant   à   la   fin   d’un   jeu   et   d’espérer   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   les   autres   pensionnaires   tous   les   autres   pensionnaires   comme   s’ébrouant   à   la   fin   d’un   jeu   et   d’espérer   qu’une   fois   encore   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   les   autres   pensionnaires   tous   les   autres   pensionnaires   comme   s’ébrouant   à   la   fin   d’un   jeu   et   d’espérer   qu’une   fois   encore   attention   fragile   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   les   autres   pensionnaires   tous   les   autres   pensionnaires   comme   s’ébrouant   à   la   fin   d’un   jeu   et   d’espérer   qu’une   fois   encore   attention   fragile   qu’une   fois   encore   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   les   autres   pensionnaires   tous   les   autres   pensionnaires   comme   s’ébrouant   à   la   fin   d’un   jeu   et   d’espérer   qu’une   fois   encore   attention   fragile   qu’une   fois   encore   je   la   pose   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   les   autres   pensionnaires   tous   les   autres   pensionnaires   comme   s’ébrouant   à   la   fin   d’un   jeu   et   d’espérer   qu’une   fois   encore   attention   fragile   qu’une   fois   encore   je   la   pose   sur   le   rebord   de   la   fenêtre   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   les   autres   pensionnaires   tous   les   autres   pensionnaires   comme   s’ébrouant   à   la   fin   d’un   jeu   et   d’espérer   qu’une   fois   encore   attention   fragile   qu’une   fois   encore   je   la   pose   sur   le   rebord   de   la   fenêtre   juste   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   les   autres   pensionnaires   tous   les   autres   pensionnaires   comme   s’ébrouant   à   la   fin   d’un   jeu   et   d’espérer   qu’une   fois   encore   attention   fragile   qu’une   fois   encore   je   la   pose   sur   le   rebord   de   la   fenêtre   juste   pour   qu’elle   étende   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   les   autres   pensionnaires   tous   les   autres   pensionnaires   comme   s’ébrouant   à   la   fin   d’un   jeu   et   d’espérer   qu’une   fois   encore   attention   fragile   qu’une   fois   encore   je   la   pose   sur   le   rebord   de   la   fenêtre   juste   pour   qu’elle   étende   ses   jambes   de   ses   yeux   d’oiselle   aux   pattes   engluées   dans   la   boue   de   la   mémoire   où   elle   n’en   finit   plus   de   rejoindre   son   fiancé   Henri   mort   à   la   Grande   Guerre   tandis   qu’elle   n’en   finit   pas   non   plus   de   patienter   au-dessus   de   la   salle   commune   où   j’entends   les   autres   pensionnaires   tous   les   autres   pensionnaires   comme   s’ébrouant   à   la   fin   d’un   jeu   et   d’espérer   qu’une   fois   encore   attention   fragile   qu’une   fois   encore   je   la   pose   sur   le   rebord   de   la   fenêtre   juste   pour   qu’elle   étende   ses   jambes   au-dessus   de   l’océan Vannes 16 septembre – 17 septembre 2019 Xavier Guesnu

Le chamois dans la neige

Dans                                           la                               neige,   il                               y                                        a                                un                                   chamois ,                          il                           glisse                ,           et                          dévale                     la             pente                    , ses                           empreintes                       sont                                 des                   virgules, , oui , dans                         le                                        coton                             , il                     franchit                           le                                    pont              qui              enjambe                      le                       torrent , mon                   père              trappeur Continuer la lecture Le chamois dans la neige

Chant

Quelquefois______ sous le doigt________ le doigt________revient l’ombre de la corde________le ressenti du câble________le fil dans lequel se cache la justesse________la corde________le fil______ le fil sur lequel on se promène________le doigt________index funambule________orphelin de sa corne________mais toujours relié secrètement________ à la musique________encore________encore Continuer la lecture Chant

le marché du lundi

Un lieu________des rencontres________des sensations________odeurs d’été________melon___ail___menthe____basilic________couleurs________verdures______salades en pyramides________éclats de soleil des oranges________truculences des potirons________clin d’œil des fraises et des cerises________et le plaisir de choisir ________de caresser_______ la pêche veloutée________la tomate ancienne________ à la robe rouge et noire________le chou-rave bien renflé________le tapoter________qu’il Continuer la lecture le marché du lundi

L ‘ a n c ê t r e # 2

Assoupie vient la boutique de Kalliroï          présentoirs de fortune         pièces uniques         parfois orphelines        dépouillées de leur alter comme cette boucle de cuivre tressé        ressort tendu à l’opale enchâssée        la boutique est étroite        encombrée          pas de mot pour dire cette luxuriance de rouille Continuer la lecture L ‘ a n c ê t r e # 2

Le relais fleuri

Dimanche lourd qu’on pousse dans le dos dimanche lent        se traîne jusqu’au midi        quand on doit partir        avant le matin        on se lave on s’habille propre        on se prépare        papa met du bien-être        lavande sauvage        se lisse les cheveux        avec le plat de la main        on monte dans la 4L Continuer la lecture Le relais fleuri