ESPACES INFINIS.

Elle aurait pu tourner tout ça indéfiniment, ressasser. Le désastre. Pas de répit, pas de bouton pause. Elle aurait dû lui parler, l’écouter plus, comprendre avant. Parti si jeune de la maison, il dira « Je ne voulais pas la perdre » Continuer la lecture ESPACES INFINIS.

Mes hypothèses, pour l’instant !

J’ai pioché parmi tous mes textes, ne suis pas sûre du tout de ce que j’écris là, si ça correspond ou non à la proposition. Pas sûre non plus d’avoir envie de poursuivre là où j’ai dégoté quelques énigmes possibles. Continuer la lecture Mes hypothèses, pour l’instant !

Ça partirait de là…ça pourrait donner ça…

Ça partirait de là… « Assis couché DEBOUT assis couché DEBOUT bien dressé au garde-à-vous qu’il est de bout en bout fait tout dans l’ordre tout comme il faut dressé qu’il est et pendant que l’ordre à képi s’entête assis couché Continuer la lecture Ça partirait de là…ça pourrait donner ça…

« Tenir le ténu » : vers une herméneutique de la contribution en ligne (LONDON, 2019)

Dans un article de 2013 de la Revue de la langue poussée (« Tâtonnements de Mateo London et Ateliers Tiers Livre », p. 23-46, repris dans BAUDOU, 2014), le jeu de miroir et de superposition des plans d’immanence (réminiscence / anticipation, Continuer la lecture « Tenir le ténu » : vers une herméneutique de la contribution en ligne (LONDON, 2019)

Aller simple pour l’infini

                                       se quitter un jour et savoir toi et moi               dernière fois                  l’espace d’un regard                 la terrasse                       retraverser la terrasse         la maison                   se retourner vers la maison                faire un signe que tu ne vois pas                   trop de fatigue                     et ces blancs dans le texte               intérieurement Continuer la lecture Aller simple pour l’infini