A propos de Alice Diaz

https://fairesigne.wordpress.com/

#L12 | sur le quai

Le train comme un cercueil de la vie protège de la mort, quelle voix psychopompe souffle dans le brouillard, et dans quelle arborescence d’Albion se plante-t-elle, peut-être aucune, sans doute les racines sont coupées et la phrase flotte avant de Continuer la lecture #L12 | sur le quai

#P12 | les côtes d’Erin

Les côtes d’Erin 1 Il lui faudrait un voyage, car ici, c’est un peu comme là-bas, il lui faut sans cesse des voyages, ces poches sont bourrées de papier tandis qu’il tente de rejoindre la côte, les côtes, peu importe, Continuer la lecture #P12 | les côtes d’Erin

#P11 | Le chœur de l’aube

Le chœur de l’aube empêche le sommeil, commence avec le merle noir, réaliser que ce sifflement léger, c’est celui du nez de la petite, de son nez aigu, en trompette bouchée, amorcer le frottement de la peau contre le drap. Continuer la lecture #P11 | Le chœur de l’aube

#P10 | Un homme chez nous

Circonstances. Quand vraiment, tout est noir.La nuit me permet ce que le jour rougit sur mon visage.Comme il est d’usage dans ce monde : un noir d’encre. Alors je me glisse, une chandelle à la main, contempler les peintures de la Continuer la lecture #P10 | Un homme chez nous

#L10 | passages dans les paysages

Lorsqu’elles sortaient par cette porte, c’était toujours à dessein. Parfois, pourtant, elles se retrouvaient figées dans le cadre, arrêtées dans un mouvement qui, quelques instants auparavant, semblait tout à fait fluide. Elles se surprenaient à ne plus savoir pourquoi elles Continuer la lecture #L10 | passages dans les paysages

#L9 | Albion Telegraph, découpes

5/7, le reste est à venir, sans doute. Fragments de journaux découpés. Chroniques insignifiantes. Détails dont on ne s’émeut pas. De ces petites choses sans importance dont l’évocation remonte à mon épluchage. Tout est collé dans un carnet d’études. Sur Continuer la lecture #L9 | Albion Telegraph, découpes

#P9 | Les indéfectibles

C’est une photo de l’album. Une petite photo en noir et blanc qu’on a eu la bizarrerie de glisser dans un cadre, un cadre qui la bouffe, qui la rend comique. Le cadre a une forme inhabituelle, qui donne des Continuer la lecture #P9 | Les indéfectibles

#L8 | Une nuit magique

Un personnage présent dans ma tête existe enfin dans le texte. Voici son monologue qui mélange des éléments de ma L7.Lui qui parle à celle qu’il imagine être son double, soudain la nature reprend ses droits, dans une voix lyrique Continuer la lecture #L8 | Une nuit magique