maisons d’ici et d’ailleurs

La maison d’autrefois. Entre la Promenade et la vallée des prés. Volets fermés. Rose hospitalisée n’y reviendra pas. Visiter ce lieu en pensée. Une porte massive. Lourde à pousser qui grince et résiste. Des tentures aux pompons soyeux : plaisir Continuer la lecture maisons d’ici et d’ailleurs

le marché du lundi

Un lieu________des rencontres________des sensations________odeurs d’été________melon___ail___menthe____basilic________couleurs________verdures______salades en pyramides________éclats de soleil des oranges________truculences des potirons________clin d’œil des fraises et des cerises________et le plaisir de choisir ________de caresser_______ la pêche veloutée________la tomate ancienne________ à la robe rouge et noire________le chou-rave bien renflé________le tapoter________qu’il Continuer la lecture le marché du lundi

ZOOM Zoom sur la rue du village, une moto pétarade, magasins pimpants, vitrines colorées, des bistrots attirants, quelques tables sous l’érable de la place, pépiements d’oiseaux, rires d’enfants, plongée vers l’église, gros plan sur le porche-galerie et les lions couchés qui supportent deux colonnes de marbre rose, on s’engouffre dans la nef sombre, on revient vers la lumière, grand angle sur une devanture ancienne, d’un bois délavé, aux vitres poussiéreuses, zoom sur l’enseigne tabacs fatiguée, on se faufile sous un rideau qui flotte mollement, on descend quatre marches glissantes, usées, on entre dans la pénombre, à droite des présentoirs de cartes postales, à gauche des étagères surchargées de bimbeloteries, gros plan sur une série de peluches, des marmottes sifflent à notre passage, au fond un comptoir, des piles de journaux, une silhouette, un homme tête baissée, silencieux, on pense : est-il vivant ? est-ce un mort vivant ? oublié là depuis la nuit des temps, étouffé par le poids de la maison… la caméra dessine les voûtes de la pièce, une ancienne étable certainement, détaille l’encastrement harmonieux des pierres, les toiles d’araignées dans un recoin, le mouvement du buraliste, on devine le murmure de sa voix : vous désirez ? On est oppressé de trop de froideur, de silence, de vide. On suit avec joie le mouvement de la caméra vers la sortie, on rejoint la lumière aveuglante de l’été. Une nef de cathédrale creusée sous le roc, au cœur de la montagne, une porte en majesté, rondeur de ses hublots, brillance de son métal, lignes fendant l’espace, beauté de la roche qui affleure, sombre, brillante, élégance du béton lissé, du sol de granito, légèreté du verre, douceur de l’éclairage. On est ailleurs, on imagine ne plus être sur ou sous terre, mais dans le Nautilus de Jules Verne, sans plus aucun lien avec les hommes. Un mouvement de la camera nous rappelle que, au-dessus de nous, se déploie un barrage de 124 mètres de haut sur 630 mètres de large. Un autre balaie ce mur au-delà duquel sont retenus 1,27 milliards de mètres cube d’eau, on entre dans cette étendue d’eau, on est terrifié : s’il venait à céder, le raz-de-marée dévasterait la vallée de la Durance, la basse vallée du Rhône, la Camargue et Avignon. Un dernier zoom nous recentre sur la mosaïque d’Auguste Labouret, sur un chant de guitare, elle exalte le soleil, la lumière, l’eau, les couleurs. En elle, se dit l’énergie fantastique de la centrale. Avec elle, nous vibrons.