#L6 | seul, avec la lune rousse

Réfugié dans la grange au bout du hameau, reclus, parce qu’il fallait fuir les questions qu’elle n’aurait pas manqué de lui poser à la vue de son visage gris, des tremblements de ses mains, les doigts animés par des nerfs incontrôlables, son être devenu un assemblage de chairs agitées qu’il ne parvenait plus à maîtriser, le cerveau à l’abandon, incapable Continuer la lecture#L6 | seul, avec la lune rousse

#P2 | Pourquoi ? Je vous le demande.

…passé sous vos roues… et vous avez fui… vous avez fui alors que vous avez roulé sur un corps, quelque chose ressemblant à un corps… mais un corps d’animal… vous dites, alors vous êtes reparti… une fuite… vous avez eu la sensation de quelque chose entre les roues du véhicule, vous ne vous êtes pas arrêté, vous étiez lancé… vous avez fui… Continuer la lecture#P2 | Pourquoi ? Je vous le demande.

Ainsi va la vie.

Je suis une femme fontaine. C’est ainsi. J’ai la vie qui déborde. Le long de mes doigts, très souvent. Je crois qu’elle ne sait pas rester tranquille. Alors j’ai appris à laisser couler. Même si, la nuit, je l’entends qui clapote sur des touches et ça m’empêche de dormir. Et quand je suis (enfin) seule dans le noir, je la Continuer la lectureAinsi va la vie.

le nez collé à la vitre 2

COLLER dessus le nez coller dessus les lèvres la lécher que les paysages sachent combien elle est vilaine vraiment vilaine pas belle le nez retroussé les lèvres écrasés dessus cette eau dure à souffler une fine buée pour révéler la menteuse frontière troubler cette eau dure dévoiler à quel point le rempart dedans-dehors n’est pas fortifié pas bien impressionnant et Continuer la lecturele nez collé à la vitre 2