nouveau | « Description des hommes »

fictions brève sur l’imaginaire du corps et de la ville – avec vidéos


 Description des hommes, acheter le livre directement sur Tiers Livre

 « Fictions du corps », en duo avec Dominique Pifarély, extraits de performances à Paris, Maison de la Poésie, Lyon, Subsistances, Polau Saint-Pierre des Corps ou TAC Poitiers...

Description des hommes, une présentation


C’est Henri Michaux qui, le premier, a poussé à ce point l’imaginaire des corps dans les contradictions du monde. Le corps passant alors sujet même de l’histoire, focalisation de nos contradictions avec le monde.

Espace de recherche moins proche du rêve que de l’ensemble des nuances de soi-même dans la ville, soi-même dans la permanente variation mentale de nos affects.

Et c’est cela qui peut à son tour devenir histoire, et nous en dire -– à rebours -– sue l’état présent du monde, de notre relation au monde, et de la ville.

L’inconnu du corps révélé par l’inconnu de la ville, et si c’était un des chemins pour s’approcher du fantastique ?

Il a suffi pour déclic d’un prestidigitateur, dont l’histoire sert ici de fil rouge.

Une version initiale de ce livre, largement augmenté dans la nouvelle édition, était parue en 2016 à l’Atelier contemporain (merci François-Marie Deyrolle) avec des dessins de Philippe Cognée et une préface de Jérémy Liron — cette version est toujours disponible via leur site [1].

fictions du corps | sommaire initial


 1, notes sur ce fameux prestidigitateur*

 2, notes sur l’homme démembré*

 3, notes sur les hommes inutiles*

 4, notes sur les hommes fragmentés

 5, notes sur les hommes-pot

 6, notes sur la fatigue

 7, notes sur les hommes à la vision aiguë

 8, notes sur les hommes avec trop d’angoisse*

 9, notes sur les hommes sans pensée*

 10, notes sur les hommes qui voient la nuit

 11, notes sur les hommes sans immobilité

 12, notes sur les hommes qui s’effritent lentement

 13, notes sur les hommes à repousse

 14, notes sur les hommes jetables

 15, notes sur les hommes indéterminés

 16, notes sur les hommes barbares

 17, notes sur l’homme instable*

 18, notes sur l’homme rien

 19, notes sur les hommes de couleur*

 20, notes sur l’homme transparent*

 21, notes sur les hommes suspendus à des crochets

 22, notes sur les hommes qui chantaient

 23, notes sur les hommes qu’on décidait de garder jeunes

 24, notes sur les hommes flexibles

 25, notes sur l’homme qui se tait*

 26, notes sur les hommes-porte*

 27, notes sur les hommes absents*

 28, nouvelles notes sur ce fameux prestidigitateur

 29, notes sur ce fameux prestidigitateur, suite

 30, notes sur l’exercice dit du retourné (prestidigitateur encore)*

 31, notes sur les hommes-crâne

 32, notes sur les lieux sans hommes*

 33, notes sur les gardiens et vigiles

 34, notes sur les surveillants de la pollution

 35, notes sur celui qui composait ce livre total

 36, notes sur les hommes qui se souviennent

 37, notes sur les refaiseurs de vie*

 38, notes sur les hommes qui vont à reculons

 39, notes sur les hommes miroir*

 40, notes sur ce fameux prestidigitateur (encore)

 41, notes sur les corps évolués*

 42, notes sur les restes d’hommes

 43, hypothèses concernant l’élaboration de ce livre

 44, notes sur ce fameux prestidigitateur (toujours)

 45, notes sur les hommes pulsatiles

 46, notes sur les hommes discrets

 47, notes sur les hommes qui s’enfuyaient

 48, note sur ce fameux prestidigitateur (dernière)


 Chaque texte marqué* est accompagné d’une version audio/vidéo (tous le seront à terme). Les images en Une de chaque fiction ont été prises aux USA en 2012, 2013 et 2014.

 Fictions du corps, lectures performances par F Bon & Dominique Pifarély (violon, violon électrique) : après les Subsistances, Lyon, mai 2015, Théâtre au Clain, Poitiers, & Pôle des arts urbains de Saint-Pierre des Corps, novembre 2015 (voir vidéo Préparation de la lecture) c’était à Paris, Maison de la poésie le lundi 4 avril, compte rendu vidéo.

 

[1Présentation initiale de Fictions du corps :

Cela vient des rêves, mais plutôt de ces moments où on rêve dans la ville.

Une silhouette, une architecture, un fou.

Ou notre propre malaise, ou l’incompréhension de ce qui se passe, où on va et pourquoi.

Toujours été fasciné par les histoires fantastiques brèves. Celles que Max Brod a négligé d’insérer dans son édition du Journal de Kafka. Les éclats d’Henri Michaux. L’absurde de Daniil Harms.

Alors, pendant deux ans, collectionner ces moments. Aller au bout de ce qu’ils désignent. Des fictions naissent, notes sur les hommes à repousse, notes sur les hommes instables, notes sur les hommes avec trop d’immobilité, notes sur les hommes porte etc, 48 fois.

La surprise aussi de l’intervention d’un prestidigitateur : c’était le premier texte, en fait, notes sur ce fameux prestidigitateur, sans savoir qu’il reviendra 5 fois pour nouer les récits.

Savoir que c’est aussi une expérience entre soi et sa machine, une plongée dans l’écran qui vous ouvre le dedans, alors qu’il faut le garder sous forme numérique.

FB


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne 10 mars 2013 et dernière modification le 19 septembre 2020
merci aux 6829 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page