#40jours#04 | Les pavés de Bruxelles

Les sols de ma ville ont été mon terrain de jeu. Les sols auxquels mes pas se sont habitués à ne jamais marcher sur les lignes qui séparent les carrés asphaltés. Les sols auxquels on retrouve ces fameux pavés qui n’ont jamais été très alignés. Il y a sur chaque trottoir toujours au moins un pavé qui semble vouloir s’en Continuer la lecture#40jours#04 | Les pavés de Bruxelles

#40jours #04 | sols musicaux

Me suis fabriqué un sol de papier par dessus le vrai sol. Je découvre que c’est plutôt le soir avant de dormir que je suis plus inspiree. Ma créativité trouve enfin preneur. C’est comme si des dizaines de portes se matérialisaient pour me permettre de developper chaque idée qui surgit de ma tête. Ecrire leur permet de s’échapper. Ma plume Continuer la lecture#40jours #04 | sols musicaux

#40 jours #04 | Sol-air

La première marche, toujours trop haute, la première marche du bus, non du car, et comment s’appelle d’abord cette baguette métallique à rainures, de l’alu peut-être, sur le rebord, crottée, la première marche et l’impulsion à donner, pied gauche, pied d’appui, sur la marche de lino bleu, vert, marbré, surtout blanchie par les pas et les pas qui seront passés Continuer la lecture#40 jours #04 | Sol-air

#40jours #04 | en surface

… à cloche pied les marelles les bordures les lignes étroites les lignes de fuite funambule les ombres l’ombre des arbres mouvants l’ombre des corps allongés au soleil descendant les mirages les arc en ciels d’après la pluie les éclats de ciel dans les flaques les ruisseaux les reflets des corps le monde à l’envers les fantômes les gouttes bondissantes Continuer la lecture#40jours #04 | en surface

# 40J. #04 | Le pied au plancher.

La bande blanche, c’est bon, juste repeinte à l’instant le goudron parait plus sale. La suivante déjà rejointe, des mégots collés dessus déjà, le marché vient de se terminer, le jeu est de traverser la place en zig-zags une tomate écrasée, le masque abandonné, un mouchoir, un vrai tableau de peintre pour une exposition, une collection de sacs plastiques précède Continuer la lecture# 40J. #04 | Le pied au plancher.

Dis: “co”. Co!

1 Enfant Il semble qu’écrire du point de vue de la petite enfance (a t’on un point de vue quand on est petit enfant ?) est une des choses qui me réjouit le plus, là, tout se confond, moi, mes enfants, avoir le double souvenir de moi et d’eux, nous les enfants … pris dans cette folie qu’est vivre.  Écrire du point Continuer la lectureDis: “co”. Co!

Mes sols 3 : Les zones de pénombre où j’étanchais ma soif

Cette photo illustre la proposition #1 Les Sols

Les zones de pénombre où j’étanchais ma soif 29062018 Le confort de ce feu attirait mes yeux, mes mains et mes lèvres, elle plongeait dans le plancher et je flottais au-dessus d’elle, au-dessus du tapis, elle était torturée sous mes assauts, yeux bleus et cheveux blonds, elle était belle dans la lumière rouge, les peaux irradiées de douceur. Mon appartement Continuer la lectureMes sols 3 : Les zones de pénombre où j’étanchais ma soif

Mes sols # 2 : Hexagone de bois

Cette photo illustre la proposition #1 Les Sols

Hexagone de bois 29062019 Un hexagone de bois entouré d’une plaine de moquette, le faux parquet occupe le centre de la salle, il est comme une scène, c’est la scène avec les gradins de bois blanc qui le regarde où une fois l’an on vient faire les photos de classe, autour les miroirs et les barres fixes pour les danseuses, Continuer la lectureMes sols # 2 : Hexagone de bois

Mes sols #1 : Le Lino

Cette photo illustre la proposition #1 Les Sols

Lino 29062019 Le lino était blanc piqueté de minuscules trous noirs, au premier touché il semblait rêche et sec comme un désert de neige et de poussière, comme un marbre qui s’effrite, du bout des doigts j’aimais sentir la moindre aspérité, mes terminaisons nerveuses entraient dans un autre monde, ma main gauche descendait lentement la rectitude du sol.  À quinze Continuer la lectureMes sols #1 : Le Lino

béton gris raide forcément poussiéreux

Ce souvenir persistant chez elle d’une dalle en béton brut dépourvue d’habillage (la maison encore en construction alors qu’elle était haute comme trois pommes et commençait à trottiner pour de bon), dalle ponctuée de minuscules trous et graviers incrustés dans la masse d’où s’étaient élevés progressivement les murs (le père se lamenterait plus tard à propos du peu de matériaux Continuer la lecturebéton gris raide forcément poussiéreux